Rechercher dans le catalogue

Au soleil redouté / Michel Bussi

Au coeur des Marquises, l’archipel le plus isolé du monde, où planent les âmes de Brel et de Gauguin, cinq lectrices participent à un atelier d’écriture animé par un célèbre auteur de best-sellers. Le rêve de leur vie serait-il, pour chacune d’elles, à portée de main ? Au plus profond de la forêt tropicale, d’étranges statues veillent, l’ombre d’un tatoueur rôde. Et plein soleil dans les eaux bleues du Pacifique, une disparition transforme le séjour en jeu… meurtrier ? Enfer ou paradis ? Hiva Oa devient le théâtre de tous les soupçons, de toutes les manipulations, où chacun peut mentir… et mourir. Yann, flic déboussolé, et Maïma, ado futée, trouveront-ils lequel des hôtes de la pension Au soleil redouté… est venu pour tuer ? Un huis clos à ciel ouvert, orchestré de main de maître. (Payot.ch)
Ed : Presses de la Cité, 2020


Blockhaus / Mathieu Larnaudie

Un auteur part travailler au calme dans la petite ville d’Arromanches. Il déambule parmi les vestiges du débarquement, se laisse envahir par la mélancolie des lieux. (Payot.ch)
Ed Inculte, 2020




Voir la lumière / T. Coraghessan Boyle

En 1943, la molécule du LSD est synthétisée, pour la première fois, à Bâle. Mais c’est vingt ans plus tard que l’on s’intéressera véritablement au potentiel de ce qui deviendra une drogue à la mode pendant des années. Au sein du département de psychologie de l’université de Harvard, le professeur Timothy Leary rassemble autour de lui une douzaine d’étudiants, dont le jeune Fitz et sa femme Joanie. Ce cercle de fidèles s’élargit bientôt pour suivre Leary dans un hôtel au Mexique, puis dans une grande bâtisse au nord de l’Etat de New York, où l’expérience psychédélique est poussée toujours plus loin. Mais si le sexe et les trips dominent le quotidien d’une communauté bientôt incapable de vivre sans les prises régulières de LSD, ils mettent aussi à rude épreuve le couple de Joanie et Fitz, ainsi que l’avenir de leur fils… A travers ce saisissant portrait de groupe, T.C. Boyle reconstitue une époque, celle des années 60, ce moment de l’Histoire où une génération éprise de liberté avait imaginé que les psychotropes leur permettraient de vivre une autre vie. (Payot.ch)
Ed : B. Grasset, 2020


Vanda / Marion Brunet

Personne ne connaît vraiment Vanda, cette fille un peu paumée qui vit seule avec son fils Noé dans un cabanon au bord de l’eau, en marge de la ville. Une dizaine d’année plus tôt elle se rêvait artiste, mais elle est devenue femme de ménage en hôpital psychiatrique. Entre Vanda et son gamin de six ans, qu’elle protège comme une louve, couve un amour fou qui exclut tout compromis. Alors quand Simon, le père de l’enfant, fait soudain irruption dans leur vie après sept ans d’absence, l’univers instable que Vanda s’est construit vacille. Et la rage qu’elle retient menace d’exploser. Grand Prix de Littérature policière pour L’été circulaire, Marion Brunet déploie tout son talent dans cette magnifique tragédie contemporaine qui mêle la violence sociale à la grâce d’une écriture sensible et poétique. Un poignant portrait de femme et de mère où l’intime rencontre la brutalité de notre société. (Payot.ch)
Ed : Albin Michel, 2020


Un garçon sur le pas de la porte / Anne Tyler

Micah Mortimer, la petite quarantaine routinière, coule des jours heureux dans un quartier tranquille de Baltimore. En voiture, au travail ou avec sa petite amie, il ne dévie jamais de sa route toute tracée – jusqu’au jour où il trouve Brink Adams qui l’attend sur le pas de sa porte. Car l’adolescent fugueur en est sûr, Micah est son père biologique… Pour l’homme qui aimait ses habitudes, cette seconde chance sonne comme une malédiction. (Payot.ch)
Ed : Phébus, 2020


Toutes les histoires d’amour ont été racontées, sauf une / Tonino Benacquista

Où donc est passé Léo ? Son entourage s’interroge sur le mystère de sa disparition. Qui était-il vraiment ? Que fuyait-il ? S’il vit toujours, où est-il allé se perdre ? Nul ne se doute que, pour trouver des réponses à ses propres questionnements, Léo s’est réfugié derrière le miroir. Il vit désormais dans un autre monde, celui des séries télévisées, où tout fait écho, à sa mémoire comme à ses rêveries. Vingt ans après le succès de Saga, Tonino Benacquista nous rappelle que seule la fiction a le pouvoir de réparer le réel. (Payot.ch)
Ed : Gallimard, 2020


Soleil glacé / Séverine Vidal

Il n’a rien vu du monde, elle l’y embarque. Comme si son premier chagrin d’amour ne suffisait pas, Luce apprend que son père – un homme qu’elle a à peine connu – vient de mourir. Et puisque la vie n’en a pas fini avec ses mauvaises blagues, elle découvre ce qu’il lui avait toujours caché : une autre famille. Mais la rencontre bouleversante de Luce avec Pierrot, un frère tout neuf et différent, va faire fondre son coeur glacé… Un grand roman contre les préjugés, qui célèbre l’énergie, la fantaisie, et la rage de vivre ! (Payot.ch)
Ed : R. Laffont, 2020


Né sous une bonne étoile / Aurélie Valognes

A l’école, il y a les bons élèves… et il y a Gustave. Depuis son radiateur au fond de la classe, ce jeune rêveur observe les oiseaux dans la cour, ou scrute les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir. Le garçon aimerait rapporter des bonnes notes à sa mère, malheureusement ce sont surtout les convocations du directeur qu’il collectionne. Pourtant, Gustave est travailleur. Il passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à eux ou à Joséphine, sa grande soeur pimbêche et première de classe, les leçons ne rentrent pas. Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant. A force d’entendre qu’il est un cancre, Gustave finit par s’en convaincre, sans imaginer qu’une rencontre peut changer le cours des choses. Parfois, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule du bon côté… (Payot.ch)
Ed : Mazarine, 2020


Les toits du paradis / Mathangi Subramanian

Comment vivre au Paradis quand celui-ci est un bidonville de Bangalore ? A travers le récit de vie d’adolescentes volontaires, intelligentes, intrépides parfois, de ceux de leurs mères et grands-mères auxquelles « on ne la fait plus », on partage de grands malheurs chassés par de petits bonheurs. Face à un bulldozer venu tout détruire, il y a une directrice d’école dévouée et courageuse. A la pauvreté et à la souffrance répondent l’amour, la bienveillance et la solidarité. Pas une once de misérabilisme dans ce roman. Mais un élan d’énergie, une tendresse infinie, incarnés par Banu, Deepa, Padma, Joy et Rukshana, qui se débattent fougueusement avec les cartes que la vie leur a données. Il n’est pas encore venu, le temps où la municipalité parviendra à faire disparaître leur Paradis au nom du développement et de la modernité… Une vraie leçon d’humanité. (Payot.ch)
Ed de l’Aube, 2020


Le mauvais génie (une vie de Matti Nykänen) / Alain Freudiger

Le Mauvais génie raconte la vie du légendaire sauteur à skis finlandais Matti Nykänen. Décédé en février 2019, Nykänen aura été le meilleur sauteur à skis de tous les temps, gagnant tout ce qu’il est possible de gagner durant les années 1980. Mais la suite de sa vie, jalonnée de mariages et de divorces, fut une longue chute ponctuée de rebonds : passant de mascotte à idiot national, Nykänen fera du rock’n’roll, du striptease, de la prison, dans une valse sans fin avec les médias et avec l’alcool. Empruntant à de nombreuses sources, y compris personnelles, Freudiger approche le personnage par touches différenciées, passant du biographique au fictionnel, racontant ses exploits et ses déboires dans une sorte de dialogue avec son protagoniste. Il replace également son personnage dans son contexte historique et géo-politique, et revisite cette étonnante discipline sportive qu’est le saut à ski. En résulte le portrait littéraire contrasté d’un champion sportif de la guerre froide devenu une icône trash et pathétique dans la Finlande de l’âge de la communication. Le mauvais génie, c’est bien sûr Matti Nykänen, génie du ski qui a mal tourné. Mais c’est aussi Nykänen victime de son mauvais génie. C’est encore le faux-ami qui lui propose un pacte faustien. C’est enfin le sale gamin que Nykänen n’a jamais cessé d’être, mauvais génie violent d’un pays souvent présenté comme trop parfait, la Finlande. (Payot.ch)
Ed : La Baconnière, 2020


Le ciel à bout portant / Jorge Franco

Si une des grandes questions de la littérature est comment « tuer’ le père, que faire quand son propre père a été le bras droit de l’un des plus grands assassins du pays ? Larry arrive à Medellín douze ans après la disparition de son père, un mafieux proche de Pablo Escobar. A son arrivée, ce n’est pas sa mère, l’ex-Miss Medellín, qui l’attend, mais Pedro, son ami d’enfance, qui vient le chercher pour le plonger dans l’Alborada, une fête populaire de pétards, de feux d’artifice et d’alcool où tous perdent la tête. Larry retrouve son passé familial et une ville encore marquée par l’époque la plus sombre de l’histoire du pays. Il ne pense qu’à fuir son enfance étrange liée au monde de la drogue. Mais il cherche aussi une jeune fille en pleurs rencontrée dans l’avion et dont il est tombé amoureux. Entrecroisant des plans différents, Jorge Franco, étonnant de maîtrise narrative, fait le portrait de la génération des enfants du narcotrafic, qui sont de fait les victimes de leurs pères, et nous interroge sur l’importance de la mémoire pour que l’histoire ne se répète pas. Une construction impeccable et des personnages ambigus et cap tivants : un roman qui ne vous laisse aucune trêve et qu’on dévore, fasciné. (Payot.ch)
Ed : Métailié, 2020


La mangeuse de guêpes / Anita Nair

En 1965, Sreelakshmi, une jeune écrivaine indienne critiquée dans son pays pour avoir osé évoquer le désir féminin en termes crus, met fin à ses jours. Nul ne sait pourquoi, sauf peut-être son amant, qui gardera religieusement l’os de l’un de ses doigts. Cinquante ans plus tard, une fillette découvre par hasard la boîte contenant la relique, et libère sans le savoir l’âme et le secret de Sreelakshmi. A travers ce destin, la grande romancière Anita Nair, l’auteure mondialement connue de Compartiment pour dames, évoque avec sensualité et audace la condition féminine en Inde et dans le monde. Une ode à la liberté et au désir. « Anita sait alterner la compassion tendre et la sensualité d’une haine enragée. Une conteuse percutante ». The Hindu Literary Complement (Payot.ch)
Ed : Albin Michel, 2020


Jacques et la corvée de bois / Marie-Aimée Lebreton

Comme tant d’autres, Jacques a été envoyé en Algérie au début des années 1960 pour effectuer son service militaire. Il allait devenir un homme, se forger un avenir, disaient les officiers. Mais ce qu’il découvre sur place, c’est avant tout la lâcheté et l’horreur ordinaire que les autorités cherchent à dissimuler. Un roman qui épouse le rythme et la poésie du conte pour explorer les blessures profondes laissées par la guerre d’Algérie. (Payot.ch)
Ed : Buchet-Chastel, 2020


Incident au fond de la galaxie / Etgar Keret

Dans un cirque, un employé chargé de nettoyer les cages des animaux accepte d’être envoyé dans le ciel comme un boulet de canon ; le jeune pensionnaire d’un étrange orphelinat découvre qu’il est un clone d’Adolf Hitler créé pour venger les victimes de la Shoah ; un accidenté de la route perd la mémoire et se retrouve dans une pièce virtuelle avec une femme virtuelle, à moins que ce ne soit l’inverse… Facétieuses, corrosives et incroyablement brillantes, les vingt-deux nouvelles d’Incident au fond de la galaxie nous immergent dans l’univers  » keretien « , où le virtuel et le fantastique viennent subtilement troubler la réalité pour faire surgir de profondes réflexions sur le deuil, la solitude et les stigmates de l’Histoire. Traduit de l’hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech. (Payot.ch)
Ed. de l’Olivier, 2020


I am, I am, I am : dix-sept rencontres avec la mort / Maggie O’Farrell

Il y a ce cou, qui a manqué d’être étranglé par un violeur en Ecosse. Il y a ces poumons, qui ont cessé leur oeuvre quelques instants dans-l’eau glacée. Il y a ce ventre, meurtri par les traumatismes de l’accouchement. Dix-sept petites morts. Dix-sept résurrections. Je suis, je suis, je suis. I am, I am, lam. De ces dix-sept instants où elle a frôlé la mort, Maggie O’Farrell fait une oeuvre à part, poétique et intense, une oeuvre qui nous parle tout à la fois de féminisme, de maternité, de violence, de peur et d’amour. (Payot.ch)
Ed : 10/18, 2020


Fanny et le mystère de la forêt en deuil / Rune Christiansen

Fanny a 17 ans quand ses parents meurent dans un accident de voiture. Elle décide de rester dans la maison familiale, à la campagne, isolée de tous, sans voisins, sans famille, sans amis proches. Fanny a les élans et la fougue de la jeunesse, mais cette ébullition est sous un couvercle de chagrin. En lutte entre deux forces contradictoires, la rage de vivre et le deuil, avec une imagination d’une richesse inouïe, Fanny reprend vie en nourrissant son esprit de lectures, son coeur d’amour, son corps de plaisirs charnels. Pour la première fois traduit en français, Rune Christiansen a la poésie et le sens de l’observation des grands sensibles. Fanny et le mystère de la forêt en deuil est un conte nordique résolument moderne qui joue avec la fable et le mystérieux. (Payot.ch)
Ed : Noir sur blanc, 2020


Eve of man / Giovanna & Tom Fletcher

Imaginez qu’aucune femme ne soit née sur Terre depuis cinquante ans. Imaginez qu’enfin, une fille, une unique fille, naisse. L’avenir de l’humanité repose sur elle. Comment va-t-elle réussir à se rendre maîtresse de son destin ? (Payot.ch)
Ed : Milan, 2020




Croc fendu / Tanya Tagaq

Nunavut, fin des années 1970. Dans ce territoire isolé du nord du Canada, la rudesse de la nature et du froid est redoublée par le mépris dans lequel sont tenus ses habitants, les Inuits. Une adolescente grandit. Elle connaît l’amitié, l’amour parental, l’art du camouflage et de la survie. Elle connaît l’ennui et l’intimidation. Les ravages de l’alcool, la violence sourde, la menace des hommes, le courage d’aimer les petites peurs. Elle connaît le pouvoir des esprits. Elle scande en silence la puissance brute, amorale, de la glace et du ciel. C’est l’histoire d’une fille qui devient femme, en s’appropriant son corps, sa culture, sa voix. Croc fendu chronique les jours terribles d’un village écrasé sous le soleil de minuit. Mêlant descriptions hallucinées et plongées intimistes, ce portrait d’une héroïne inoubliable nous pousse à reconsidérer la différence entre le bon et le mauvais, l’animal et l’humain, le réel et l’imaginaire. (Payot.ch)
Ed : C. Bourgois, 2020


Chanson bretonne ; suivi de, L’enfant et la guerre : deux contes / Jean-Marie Gustave Le Clézio

A travers ces « chansons », J.M.G. Le Clézio propose un voyage dans la Bretagne de son enfance, qui se prolonge jusque dans l’arrière-pays niçois. Sans aucune nostalgie, il rend compte de la magie ancienne dont il fut le témoin, en dépit des fracas de la guerre toute proche, par les mots empruntés à la langue bretonne et les motifs d’une nature magnifique. Le texte est bercé par une douceur pastorale qui fait vibrer les images des moissons en été, la chaleur des fêtes au petit village de Sainte-Marine ou la beauté d’un champ de blé face à l’océan. (Payot.ch)
Ed : Gallimard, 2020


Alpinistes de Staline / Cédric Gras

Comment les frères Abalakov, célèbres alpinistes russes, ont-ils pu être victimes de la Terreur stalinienne alors qu’ils portaient le marxisme au plus haut des sommets ? Orphelins sibériens, Vitali et Evgueni conquièrent d’abord les vertigineux pic Staline ou Khan Tengri, au prix de sévères engelures. Il y aura ensuite les exécutions de camarades, les déportations au goulag, ou encore la guerre contre les nazis au Caucase. Envers et contre tout, les frères Abalakov reprendront pourtant le chemin des cimes et de l’Himalaya. Russophone, Cédric Gras a enquêté, des archives du KGB jusqu’au pic Lénine, afin de reconstituer le destin exceptionnel de ces deux frères qui ont traversé le siècle rouge en rêvant de conquérir l’Everest au nom de l’URSS. Une histoire inédite en Occident. (Payot.ch)
Ed : Stock, 2020


Sanction : nouvelles / Ferdinand von Schirach

Une jurée d’assises qui influence malgré elle l’issue d’un procès, un groupe d’enfants qui s’acharne sur un vieil homme isolé, un homme dont la poupée gonflable est attaquée, une jeune avocate qui doit défendre le chef d’un réseau de prostitution… Dans ces douze nouvelles appartenant à l’univers de la justice, la plume incisive de Ferdinand von Schirach saisit des existences banales à l’instant précis où elles basculent, et interroge la part sombre qui sommeille en chacun de nous. (Payot.ch)
Ed : Gallimard, 2020


Le courage des autres / Hugo Boris

Il y a quinze ans, tout juste ceinture noire de karaté, Hugo Boris est témoin d’une altercation dans les transports en commun. Paralysé, il se contente de tirer la sonnette d’alarme. Ce manque de courage l’obsède. Est-ce un trait de son caractère ou une peur universelle d’affronter l’autre, l’inconnu, au quotidien ? Intrigué, il se met à observer ses contemporains dans le métro et le RER, tranches de vies entre parenthèses, rencontres fugaces, purs instants d’humanité. Il consigne sur le vif des situations d’effroi mais aussi le ravissement d’un dialogue, l’humour d’un échange imprévu. En se mettant à nu, il parle de chacun de nous, de nos lâchetés, de nos éblouissements et de nos héroïsmes. Avec une minutie, un style et une empathie remarquables, Hugo Boris rend hommage à tous ceux qui osent, qui ne se dérobent pas. Et si le courage des autres était contagieux ? (Payot.ch)
Ed : B. Grasset, 2020


Aux armes / Boris Marme

Un beau matin à la fin de l’hiver, dans les couloirs d’un établissement scolaire américain, des bruits semblables à des tirs d’arme à feu résonnent subitement. Alerté, l’officier responsable de la surveillance, Wayne Chambers, accourt sur les lieux, mais demeure figé à proximité du bâtiment, derrière la porte où semblent se produire les déflagrations. Tétanisé, il hésite à en franchir le seuil. Doutes sur la provenance des balles ? sur la conduite à tenir ? peur ? Quand la fusillade prend fin, il n’est pas entré dans les classes où sont étendus les corps de quatorze jeunes élèves, mais déjà réseaux sociaux et chaînes d’info s’emballent : la machine médiatique affûte ses armes. Une machine au service des voyeurs de l’actualité, des donneurs de leçon et des aspirants justiciers qui entendent s’ériger en tribunal populaire et faire un sort à cet homme que rien ne pouvait préparer à devenir un héros. (Payot.ch)
Ed : Liana Levi, 2020


Le pays des autres : première partie : la guerre, la guerre, la guerre / Leïla Slimani

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s’éprend d’Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l’armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s’installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s’applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses ingrates et commence alors une période très dure pour la famille. Mathilde accouche de deux enfants : Aïcha et Sélim. Au prix de nombreux sacrifices et vexations, Amine parvient à organiser son domaine, en s’alliant avec un médecin hongrois, Dragan Palosi, qui va devenir un ami très proche. Mathilde se sent étouffée par le climat rigoriste du Maroc, par sa solitude à la ferme, par la méfiance qu’elle inspire en tant qu’étrangère et par le manque d’argent. Les relations entre les colons et les indigènes sont très tendues, et Amine se trouve pris entre deux feux : marié à une Française, propriétaire terrien employant des ouvriers marocains, il est assimilé aux colons par les autochtones, et méprisé et humilié par les Français parce qu’il est marocain. Il est fier de sa femme, de son courage, de sa beauté particulière, de son fort tempérament, mais il en a honte aussi car elle ne fait pas preuve de la modestie ni de la soumission convenables. Aïcha grandit dans ce climat de violence, suivant l’éducation que lui prodiguent les Soeurs à Meknès, où elle fréquente des fillettes françaises issues de familles riches qui l’humilient. Selma, la soeur d’Amine, nourrit des rêves de liberté sans cesse brimés par les hommes qui l’entourent. Alors qu’Amine commence à récolter les fruits de son travail harassant, des émeutes éclatent, les plantations sont incendiées : le roman se clôt sur des scènes de violence inaugurant l’accès du pays à l’indépendance en 1956. (Payot.ch)
Ed : Gallimard, 2020


Ustrinkata / Arno Camenisch

C’est le dernier soir à L’Helvezia, le bistrot du village racheté par des investisseurs. Tous les habitués sont là : la Tante, hôtesse de tout son monde, la Silvia, l’Otto, le Luis, l’Alexi, et les autres aussi, encore vivants ou déjà morts. L’alcool coule à flots et ça fume à tout-va. On est en janvier et il ne neige pas. Il pleut comme vache qui pisse. C’est quoi cette bizarrerie climatique ? Le déluge ? On cause de ça, de tout, sans discontinuer. Ressurgissent alors les histoires enfouies de ce village qui pourrait bien être le centre du monde. La fin est proche, mais tant qu’il y a quelqu’un pour raconter, on reprend un verre. Ce Prix suisse de littérature 2012 s’avale cul sec ! (Payot.ch)
Ed: Quidam, 2020

Folles mélancolies / Teresa Veiga

Teresa Veiga joue avec les codes littéraires pour mieux troubler et dépoussiérer les canons de genre. Enquête policière, faux-conte gothique, récits aux accents libertins, faits-divers, pastiches de Sir Conan Doyle ou de Dickens. La nouvelliste excelle à sonder l’âme humaine et à révéler des anti-héroïnes aussi complexes qu’irrévérencieuses. Des anti-héroïnes pours lesquelles ont ressent de l’empathie et que l’on a, très certainement, croisé au détour d’une vie… (Payot.ch)
Ed: Chandeigne, 2020


Wilder girls / Rory Power

Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine.
D’abord, la Tox a tué les enseignantes, une à une, puis elle a infecté les élèves, dont les survivantes portent désormais ses monstrueux stigmates dans leur chair.
Coupées du reste du monde, cernées par les bêtes mutantes qui rôdent dans les bois alentour et livrées à elles-mêmes, celles qui restent n’osent plus sortir de l’enceinte de l’école. Jour après jour, elles attendent le vaccin que le gouvernement leur a promis.
Hetty et ses deux meilleures amies, Byatt et Reese, se serrent les coudes malgré les privations, bien déterminées à lutter ensemble jusqu’au bout…
Plus glaçant encore que Sa Majesté des mouches, un huis clos féminin et féministe qui a fait frissonner l’Amérique de plaisir !
Ed. R. Laffont, 2020
Voir sur Babelio


Propriétés privées / Lionel Shriver

Un peu partout dans le monde, de nos jours.
Alors que son meilleur ami décide de l’exclure de sa vie, une artiste tente de récupérer le cadeau démesuré qu’elle lui avait offert ; un couple entreprend de bouter hors de chez lui leur fils de trente ans qui, comme tout bon Millenials, va mettre en scène cet « abandon » sur les réseaux et devenir une star du net ; un business man détourne l’argent de son entreprise avant de partir mener une vie déprimante au soleil, jusqu’à être rongé par la culpabilité ; une femme s’acharne, jusqu’au drame, à posséder une maison prétendument hantée…
Douze nouvelles impitoyables, caustiques et cruelles pour critiquer avec fougue la société de biens.
Ed. Belford, 2020
Voir sur Babelio


Une machine comme moi / Ian McEwan

Londres, 1982. Dans un monde qui ressemble à s’y méprendre au nôtre, quelques détails dissonent : les Beatles sont toujours au complet, les Anglais ont perdu la guerre des Malouines et le chercheur Alan Turing est encore en vie. Grâce à lui, les prouesses technologiques sont inouïes et les avancées scientifiques en matière d’intelligence artificielle fulgurantes. C’est ainsi que Charlie fait l’acquisition d’un «Adam», un androïde doté de l’intelligence artificielle la plus perfectionnée qui soit. Adam ressemble beaucoup à un humain, sait faire la conversation, écrit des poèmes et proclame son amour pour Miranda, la compagne de Charlie. En dépit de la jalousie que cette déconcertante situation induit, le trio vit en bonne entente, insensible aux catastrophes économiques et sociales qui bouleversent l’Angleterre après l’assassinat du Premier ministre et la possibilité d’une sortie de l’Union européenne. Mais Adam et ses semblables ont été conçus pour respecter les règles et ne parviennent pas à accepter les imperfections du monde — notamment le mensonge. La situation va alors se compliquer au sein de cet inquiétant ménage à trois.
Ed. Gallimard, 2020
Voir sur Babelio


Le bal des folles / Victoria Mas

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles.  Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles, d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques. Ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.
Ed. Albin Michel, 2020
Voir sur Babelio


Ogresse / Aylin Manço

Depuis que le père d’Hippolyte est parti, tout dans la vie de la jeune fille est déséquilibré.
Sa mère s’enferme de longues heures à la cave et refuse de manger en sa présence.
Elle lui prépare pourtant d’énormes pièces de viande qu’Hippolyte se force à avaler. Dans la rue où elles habitent, en bordure de forêt, leur voisine préférée a disparu sans laisser de traces.
Et puis, un soir, la mère d’Hippolyte se jette sur elle et la mord. Que s’est-il passé ?
Ed. Sarbacane, 2020
Voir sur Babelio


Au rythme de notre colère / Guy Gunaratne

Dans une cité du nord de Londres, trois amis s’apprêtent à se retrouver pour disputer un match de foot au pied des quatre tours où ils ont grandi  : Yusuf le fils de l’ancien imam de la mosquée aujourd’hui décédé, Selvon pour qui le sport est l’unique chemin vers la liberté, et Ardan dont les talents de rappeur sont encore étouffés par sa timidité. Le premier est d’origine pakistanaise, le deuxième antillaise, le dernier irlandaise. Des racines différentes et pourtant un même destin qui se profile dans ces rues qui suintent la violence, et que nous arpentons avec eux pendant les 48 heures suivant la diffusion d’une vidéo qui enflamme la cité. Sur les écrans on peut voir le meurtrier d’un soldat britannique, qui avait achevé le militaire avec un couteau de boucher, appeler au Jihad dans les rues de Londres. L’assassin est un jeune noir islamiste qui portait les mêmes baskets que Yusuf, Selvon et Ardan. La cité est désormais prise en étau entre les manifestations de skinheads venus en découdre et de jeunes musulmans animés par la haine de l’Occident, endoctrinés par le nouvel imam de la mosquée. Pour les trois amis et leur famille, ces deux journées vont être douloureuses et cruciales, car dans ces rues de Londres, la colère est indispensable à la survie.
Ed. Grasset, 2020
Voir sur Babelio


Juste une balle perdue / Joseph d’Anvers

Roman veut devenir boxeur. Il se rêve déjà professionnel lorsqu’il intègre une prestigieuse académie qui fera de lui un champion. Un soir, il rencontre Ana, une jeune fille qui va changer sa vie. Entre drogues, sexe, alcool, amour et délinquance, ces deux écorchés vont s’offrir une parenthèse enchantée. Mais tout tourne très vite au cauchemar. Comme s’il était impossible d’échapper à son destin. Juste une balle perdue raconte cette saison entre paradis et enfer.
Ed. Payot & Rivage, 2020
Voir sur Babelio


10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange / Elif Shafak

Et si notre esprit fonctionnait encore quelques instants après notre mort biologique ? 10 minutes et 38 secondes exactement. C’est ce qui arrive à Tequila Leila, prostituée brutalement assassinée dans une rue d’Istanbul. Du fond de la benne à ordures dans laquelle on l’a jetée, elle entreprend alors un voyage vertigineux au gré de ses souvenirs, d’Anatolie jusqu’aux quartiers les plus mal famés de la ville. En retraçant le parcours de cette jeune fille de bonne famille dont le destin a basculé, Elif Shafak nous raconte aussi l’histoire de nombre de femmes dans la Turquie d’aujourd’hui. À l’affût des silences pour mieux redonner la parole aux « sans-voix », la romancière excelle une nouvelle fois dans le portrait de ces « indésirables », relégués aux marges de la société.
Ed. Flammarion, 2020
Voir sur Babelio


Après le monde / Antoinette Rychner

Novembre 2022. Un cyclone d’ampleur inédite ravage la côte ouest des États-Unis. Incapables de rembourser les dégâts, les compagnies d’assurance font faillite ; à leur suite, le système financier américain s’effondre, entraînant dans sa chute le système mondial. Plus d’argent disponible, plus de sources d’énergie, des catastrophes climatiques en chaîne, plus de communications… En quelques mois, le monde entier tel que nous le connaissons est englouti. Ce récit des origines raconte l’avant et l’après-catastrophe, soulevant concrètement des interrogations politiques, humaines et sociales : l’humanisme est-il l’apanage des sociétés qui vont bien ? Ou est-il possible d’inventer, au cœur même du désastre, de nouvelles façons de vivre ensemble et d’habiter le monde ? Un roman visionnaire et inspirant, alors que les questions environnementales sont devenues incontournables.
Ed. Buchet-Chastel, 2020
Voir sur Babelio


Les optimistes / Rebecca Makkai

Du Chicago des années 1980 au Paris d’aujourd’hui, une épopée puissante sur le pouvoir de l’amitié face à la tragédie.Chicago, 1985. La carrière de Yale Tishman, jeune galeriste, s’apprête à décoller lorsque l’épidémie de sida frappe Chicago de plein fouet. Très vite, le virus s’immisce dans son entourage, et tout s’effondre autour de Yale. Bientôt, il ne lui reste plus que Fiona, la petite soeur de son meilleur ami Nico. 2015. Fiona se rend à Paris, à la recherche de sa fille devenue membre d’une secte. Logée chez une vieille connaissance, elle s’autorise enfin à revenir sur le traumatisme de sa jeunesse. Rebecca Makkai nous plonge au coeur d’une époque marquée par la rage et la panique, et brosse les sublimes portraits de personnages brisés qui, au milieu du chaos, n’auront pourtant de cesse de trouver la beauté et l’espoir. » L’un des premiers romans à raconter en profondeur l’histoire du sida, des années 1980 à nos jours.
Ed. Les Escales, 2020
Voir sur Babelio


Miroir de nos peines / Pierre Lemaitre

vril 1940. Louise, trente ans, court, nue, sur le boulevard du Montparnasse. Pour comprendre la scène tragique qu’elle vient de vivre, elle devra plonger dans la folie d’une période sans équivalent dans l’histoire où la France toute entière, saisie par la panique, sombre dans le chaos, faisant émerger les héros et les salauds, les menteurs et les lâches… Et quelques hommes de bonne volonté.
Il fallait toute la verve et la générosité d’un chroniqueur hors pair des passions françaises pour saisir la grandeur et la décadence d’un peuple broyé par les circonstances.
Secret de famille, grands personnages, puissance du récit, rebondissements, burlesque et tragique…
Ed. Albin Michel, 2020
Voir sur Babelio


Les aigles endormis / Danü Danquigny

Dans l’Albanie d’Enver Hoxha, l’un des régimes communistes les plus durs du bloc de l’Est, Arben grandit entouré de sa bande de copains et de ses parents profs. Son avenir semble tout tracé. Mais avec la chute du régime et l’avènement du libéralisme s’ouvre une période de chaos politique et de déliquescence morale qui emportent tout sur leur passage et transforment le jeune idéaliste en malfrat endurci.
Pour tenter d’échapper à la spirale de la violence et protéger les siens, Arben n’a qu’une solution : fuir avant qu’il ne soit trop tard.
Gallimard, 2020
Voir sur Babelio


L.A. Bibliothèque / Susan Orlean

Près de 500 000 livres partis en fumée, 700 000 autres endommagés. Et un mystère. D’où est parti l’incendie qui a dévasté pendant plus de sept heures la bibliothèque centrale de Los Angeles le 29 avril 1986 ? Était-il accidentel ou s’agissait-il d’un acte criminel ? Les soupçons d’emblée se portent sur Harry Peak, un jeune homme qui ambitionne de faire carrière à Hollywood, mais que la police finira pas relâcher. Plus de trente ans plus tard, Susan Orlean mène m’enquête sur ce spectaculaire incendie survenu le jour de la catastrophe de Tchernobyl, et de ce fait passé relativement inaperçu. Au fil d’un thriller haletant, elle signe un hommage puissant aux livres et à ceux qui les préservent.
Ed. du sous-sol, 2020
Voir sur Babelio


La bonne vie / Matthieu Mégevand

« Regarder à se crever les yeux, à éclater le crâne avec les yeux de derrière les yeux, de derrière la tête. »
L’homme qui écrit ces lignes tentera, toute sa courte vie durant, de voir. Né à Reims en 1907 et mort à trente-six ans à Paris en 1943, le poète Roger Gilbert-Lecomte – que raconte ce roman – est le fondateur avec René Daumal, Roger Vailland et Robert Meyrat de la revue Le Grand Jeu. Au cœur de l’émulation artistique des années 1930, il côtoie André Breton, Arthur Adamov ou encore Antonin Artaud et poursuit, tout au long de sa vie, une quête existentielle et poétique acharnée, accompagnée de prises massives d’alcools et de drogues. La littérature est pour lui considérée – au même titre que diverses substances – comme un moyen de dépassement de la condition humaine.
Ed- Flammarion, 2020
Voir sur Babelio


Histoire d’amour / Stéphane Audeguy

Les histoires d’amour ne se ressemblent pas.
Cependant elles entretiennent des correspondances secrètes à travers le temps et l’espace.
Alice et Vincent s’aiment, aujourd’hui, à Paris : ils ont l’art et l’érotisme en partage. Leur passion entre mystérieusement en résonance avec d’autres amours, des collines de Rome aux rivages du Brésil, et jusque dans la Grèce antique. Dans cette chasse éperdue où l’on ne sait plus qui fuit et qui assaille, on croise Piero di Cosimo, l’énigmatique peintre de la Renaissance, Diane et Actéon, chasseurs illustres, Ariccia et Philippe, égarés en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale, et bien d’autres amants pris dans les tumultes de l’Histoire.
Ed du Seuil, 2020
Voir sur Babelio


La soustraction des possibles / Joseph Incardona

Pour le monde de la finance, l’amour n’a jamais été une valeur refuge.
On est à la fin des années 80, la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné : le bloc de l’Est explose, les flux d’argent sont mondialisés. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente, on parle d’algorithmes et d’OGM.
À Genève, Svetlana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Il suffit d’être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en matière d’argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi.
De la Suisse au Mexique, en passant par la Corse, Joseph Incardona brosse une fresque ambitieuse, à la mécanique aussi brillante qu’implacable.
Ed. Finitude, 2020
Voir sur Babelio


Otages / Nina Bouraoui

« Je m’appelle Sylvie Meyer. J’ai 53 ans. Je suis mère de deux enfants. Je suis séparée de mon mari depuis un an. Je travaille à la Cagex, une entreprise de caoutchouc. Je dirige la section des ajustements. Je n’ai aucun antécédent judiciaire. » Sylvie est une femme banale, modeste, ponctuelle, solide, bonne camarade, une femme simple, sur qui on peut compter. Lorsque son mari l’a quittée, elle n’a rien dit, elle n’a pas pleuré, elle a essayé de faire comme si tout allait bien, d’élever ses fils, d’occuper sa place dans ce lit devenu trop grand pour elle. Lorsque son patron lui a demandé de faire des heures supplémentaires, de surveiller les autres salariés, elle n’a pas protesté : elle a agi comme les autres l’espéraient. Jusqu’à ce matin de novembre où cette violence du monde, des autres, sa solitude, l’injustice se sont imposées à elle. En une nuit, elle détruit tout. Ce qu’elle fait est condamnable, passable de poursuite, d’un emprisonnement mais le temps de cette révolte Sylvie se sent vivante. Elle renaît.
Un portrait de femme magnifique, bouleversant : chaque douleur et chaque mot de Sylvie deviennent les nôtres et font écho à notre vie, à notre part de pardon, à nos espoirs de liberté et de paix.
Ed. JC Lattès, 2020
Voir su Babelio


La loi du rêveur / Daniel Pennac

«L’ampoule du projecteur a explosé en plein Fellini. Minne et moi regardions Amarcord du fond de notre lit.
— Ah! Non! Merde!
J’ai flanqué une chaise sur une table et je suis monté à l’assaut pour changer l’ampoule carbonisée. Explosion sourde, la maison s’est éteinte, je me suis cassé la figure avec mon échafaudage et ne me suis pas relevé. Ma femme m’a vu mort au pied du lit conjugal. De mon côté je revivais ma vie. Il paraît que c’est fréquent. Mais elle ne se déroulait pas exactement comme je l’avais vécue.»
Ed. Gallimard, 2020
Voir sur Babelio


Vaincre à Rome / Sylvain Coher

Rome, samedi 10 septembre 1960, 17 h 30. Dans deux heures, quinze minutes et seize secondes, Abebe Bikila va gagner le marathon olympique. En plus de battre le record du monde en terre italienne plus de vingt ans après la prise d’Addis-Abeba par Mussolini, le soldat éthiopien va courir les quarante-deux kilomètres et cent quatre-vingt-quinze mètres pieds nus. “Vaincre à Rome, ce serait comme vaincre mille fois”, a dit Hailé Sélassié. Vaincre pieds nus, c’est comme jouer sur les pistes des hauts plateaux abyssins. En pleine période de décolonisation et de démembrement des empires européens, un jeune Africain remporte l’or et couronne tout un continent.
Seul un tour de force littéraire pouvait rendre compte d’un tel exploit sportif : Sylvain Coher parvient à insuffler à la langue le rythme, la mécanique, les accélérations d’une course de fond, jusqu’au bien-être des endorphines, jusqu’à l’envol final du sprint. Devenu Petite Voix dans la tête du champion, il se coule dans la cadence variable de sa foulée infatigable pour raconter comment grandissent les héros, comment se relèvent les peuples, comment se gagnent les revanches et comment naissent les légendes.

Actes Sud, 2019
Voir sur Babelio


Absolument modernes ! / Jérôme Meizoz

Absolument modernes ! est la chronique caustique et navrée de la modernité suisse des années 1970 et 1980 : le pari sur la croissance illimitée, le culte du marché et de la technique. Entre satire et récit intime, un certain Jérôme Fracasse conte les Trente Glorieuses traversées par son père, ouvrier convaincu de l’«avenir radieux». Documents, slogans et tracts d’époque autant que souvenirs de famille dessinent une période exaltée et ambiguë : la construction de l’autoroute du Rhône, l’ouverture des supermarchés, le règne de la télévision et de la voiture, le développement massif du tourisme dans les Alpes. La croyance heureuse du père dans le «régime des promesses», la volonté de s’arracher à un passé de pénurie et le tourbillon de la société de consommation : tels sont les grands traits de cette fresque où drôlerie et gravité sont indissociables.
Zoé, 2019


Vie de Gérard Fulmard / Jean Echenoz

La carrière de Gérard Fulmard n’a pas assez retenu l’attention du public. Peut-être était-il temps qu’on en dresse les grandes lignes.
Après des expériences diverses et peu couronnées de succès, Fulmard s’est retrouvé enrôlé au titre d’homme de main dans un parti politique mineur où s’aiguisent, comme partout, les complots et les passions.
Autant dire qu’il a mis les pieds dans un drame. Et croire, comme il l’a fait, qu’il est tombé là par hasard, c’est oublier que le hasard est souvent l’ignorance des causes.

Ed. de Minuit, 2020
Voir sur Babelio


Les Services compétents / Iegor Gran

Les Services compétents, ce sont les services du KGB dans les années 1960 en Union Soviétique. Le lieutenant Ivanov traque un certain Abram Tertz, pseudonyme choisi par un drôle d’écrivain qui s’échine à faire passer ses nouvelles fantastiques en Occident. Il sera identifié après six longues années d’une enquête souvent dérisoirement cocasse : de son vrai nom André Siniavski, avec sa femme, Maria Rozanova. Ce sont les parents du narrateur.
Pour écrire ce roman, Iegor Gran s’est lancé depuis plusieurs années dans un important travail de documentation. Il raconte ainsi le dégel post-stalinien. Depuis 1958 et l’affaire Pasternak, on s’interroge : quel est le bon dosage de la répression ? Siniavski est arrêté en 1965 et condamné à 7 ans de goulag. Libéré en 1971, il émigre en France en 1973. Son procès marque le début du « refroidissement brejnévien » et du mouvement dissident.
Les Services compétents, c’est donc le roman vrai et satirique de cette histoire intime et collective, écrit aujourd’hui par le fils de Siniavski, né l’année même de l’arrestation de son père. Les traîtres côtoient les dissidents comme les thuriféraires et les Tartuffes du système. De fausses pistes loufoques trompent les zélés défenseurs de l’idéal socialiste qui ont fort à faire dans leur combat. La culture occidentale s’introduit en fraude un peu partout. La dépouille de Staline est retirée de son mausolée. Gagarine reçoit en récompense de son exploit spatial une invraisemblable liste d’objets ménagers. Et une géniale absurdité contamine tout.

P.O.L, 2020
Voir sur Babelio


Le Secret Hemingway / Brigitte Kernel

« Ils ont dit que j’avais tué ma mère.
Puis ils ont dit que j’avais tué mon père.
Enfin, ils ont dit que chez nous, les Hemingway, de génération en génération, tout le monde se tuait. »
Ce roman est une histoire vraie, celle de Gloria, née Gregory Hemingway (1931-2001).

Flammarion, 2020
Voir sur Babelio