Seyvoz / Jo Sorman, Maylis de Kerangal

Tomi Motz, ingénieur solitaire, est mandaté par son entreprise pour contrôler les installations du barrage de Seyvoz, dont l’édification, dans les années cinquante, a entraîné la création d’un lac artificiel et englouti le village de montagne qui se trouvait là. Pendant quatre jours, Tomi arpente la zone. Sous l’effet d’un étrange magnétisme, sa mission se voit bientôt perturbée par une série de troubles sensoriels et psychiques. Autour de lui, le réel se dérobe ; tout vacille, les lieux et les comportements, les jours comme les nuits, et peut-être jusqu’à sa propre raison.
Inculte-Dernière Marge, 2022


Et derrière nous : le silence / Nancy Gilbert

Thriller psychologique et choral poignant qui donne la parole à trois adolescents, Yüna, Ellie et Jeff, dans la tourmente de la violence intrafamiliale…
Adieu le harcèlement du collège et les soucis à la maison ! Ellie le sent : aux côtés de sa cousine Lola pour son entrée au lycée, elle sera in-vin-cible. Lumineuse Lola, si pétillante de vie… manipulatrice, aussi.
Au cœur de la montagne voisine, le regard de Jeff se pose avec détermination sur Stefan, son grand frère adoré de tous… et un prédateur. Oubliés les liens du sang, Jeff n’a plus qu’un objectif : venger Lou.
Collège, liberté… tout ce qui faisait le quotidien n’est plus pour Yüna qu’un souvenir dans cette chambre où son tortionnaire, celui qu’elle appelait « papa », la retient prisonnière.
Au bord du précipice, ces adolescents réduits au silence parviendront-ils à se faire entendre ?
Gulf Stream, 2022


Sauvagine / Gabrielle Filteau-Chiba

Raphaëlle est garde-forestière. Elle vit seule avec Coyote, sa chienne, dans une roulotte au cœur de la forêt du Kamouraska, à l’Est du Québec. Elle côtoie quotidiennement ours, coyotes et lynx, mais elle n’échangerait sa vie pour rien au monde.
Un matin, Raphaëlle est troublée de découvrir des empreintes d’ours devant la porte de sa cabane. Quelques jours plus tard, sa chienne disparaît. Elle la retrouve gravement blessée par des collets illégalement posés. Folle de rage, elle laisse un message d’avertissement au braconnier. Lorsqu’elle retrouve des empreintes d’homme devant chez elle et une peau de coyote sur son lit, elle comprend que de chasseuse, elle est devenue chassée. Mais Raphaëlle n’est pas du genre à se laisser intimider. Aidée de son vieil ami Lionel et de l’indomptable Anouk, belle ermite des bois, elle échafaude patiemment sa vengeance.
Un roman haletant et envoûtant qui nous plonge dans la splendeur de la forêt boréale, sur les traces de deux-écoguerrières prêtent à tout pour protéger leur monde et ceux qui l’habitent.
Stock, 2022


Porca Miseria / Tonino Benacquista

«Les mots français que j’entends ma mère prononcer le plus souvent sont cholestérol et contrariété. Je m’étonne qu’une femme ayant tant de mal à amadouer sa langue d’adoption puisse connaître deux termes selon moi si savants. Contrariété l’emporte de loin. Elle finit par se l’approprier comme s’il la débarrassait du devoir d’aller mieux, et qu’une fois prononcé, rien ne l’obligeait à développer, tout était dit, contrariété. Les soirs où l’affrontement avec son mari devient inévitable, elle assène le mot ruine, en italien, c’est la note la plus aiguë de son lamento, la rouiiiina, dont le sens est sans équivoque: c’est l’émigration, le départ maudit, la faute originelle, la source de tous ses maux, la contrariété suprême.» En 1954, la famille Benacquista quitte l’Italie pour s’installer en banlieue parisienne. Les parents, Cesare et Elena, connaîtront le sort des déracinés. Dans ce bouleversant récit des origines, leur petit dernier, Tonino, restitue avec fantaisie cette geste. Il raconte aussi les batailles qui ont jalonné sa conquête de la langue française. Avec Porca miseria, Tonino Benacquista trace la lumineuse trajectoire d’un autodidacte que l’écriture a sauvé des affres du réel. Gallimard, 2022


Une amitié / Silvia Avallone

Les amitiés de l’adolescence sont les plus fortes. On échange expériences, secrets et vêtements, tout en se projetant dans un futur rempli d’espoirs. Elisa et Beatrice, les deux héroïnes de ce roman, n’y font pas exception. Bien que leurs histoires familiales diffèrent totalement – la première a été élevée par une mère aimante mais fantasque et indifférente aux apparences, la seconde par une mère qui surinvestit le paraître et transforme sa fille en poupée Barbie -, elles ont noué un lien fusionnel. Et cela jusqu’au jour où un changement planétaire, Internet, fait irruption dans leur vie. Elisa continuera à faire partie du « monde d’hier », celui qui valorise les livres et la culture, tandis que Beatrice se lancera tête baissée dans l’aventure du « monde nouveau », celui qui pousse sur le devant de la scène influenceurs et réseaux. Et ces courants contraires les entraîneront vers des destins opposés. Liana Levi, 2022


Dejima / Stéphane Audeguy

À travers les métamorphoses successives d’une femme, Mabel, arrivée jeune mariée à Kyoto en 1902, revenue veuve en 1946 à Tokyo, et jusqu’au passage d’une jeune Française dans le monde de l’art contemporain, sur l’île de Naoshima, c’est une vaste histoire du Japon qui se déroule. Des grandes étapes du développement économique au tournant des xixe et xxe siècles à la modernité dernier cri en passant par la douloureuse et longue occupation américaine de 1945 à 1952 ou les ravages paradoxaux des Jeux olympiques de 1964, on découvre un pays complexe et souvent contradictoire.
Seuil, 2022


Je revenais des autres / Mélissa Da Costa

Philippe a quarante ans, est directeur commercial, marié et père de deux enfants. Ambre a vingt ans, n’est rien et n’a personne. Sauf lui. Quand, submergée par le vide de sa vie, elle essaie de mourir, Philippe l’envoie loin, dans un village de montagne, pour qu’elle se reconstruise, qu’elle apprenne à vivre sans lui. Pour sauver sa famille aussi. Je revenais des autres est l’histoire d’un nouveau départ. Le feuilleton d’un hôtel où vit une bande de saisonniers tous un peu abîmés par la vie. Le récit de leurs amitiés, doutes, colères, rancœurs, amours aussi. Le roman des autres, ceux qu’on laisse entrer dans sa vie, ceux qui nous détruisent mais surtout ceux qui nous guérissent. Le Livre de Poche, 2022


Rien ne t’efface / Michel Bussi

Juin 2010 : Esteban, dix ans, disparaît sur la plage de Saint-Jean-de-Luz. Personne n’a rien vu. Juin 2020 : sa mère, Maddi, a refait sa vie mais la douleur et l’incompréhension sont toujours là. Elle revient en pèlerinage au Pays basque et, sur la même plage, reconnaît Esteban. Ou son jumeau parfait, Tom, un enfant de dix ans. Maddi quitte tout pour découvrir l’identité de ce garçon et s’installe dans son village, à Murol, en Auvergne. Elle, si rationnelle, peut-elle croire à l’impossible ? Esteban serait-il devenu Tom ? L’histoire se répéterait-elle ? Tom est-il en danger ? Maddi est-elle ta seule à pouvoir le protéger ?
les Presses de la Cité, 2021


L’hôtel du cygne / Zhang Yueran

hôtel des cygnes

Venue du lointain Sichuan, Yu Ling travaille à Pékin depuis dix ans et rêve de changer de vie. Au détour d’un pique-nique, avec son acolyte M. Courge, ils fomentent le kidnapping de Dada, charmant petit garçon de l’élite chinoise dont elle est la nounou. Mais une fois avalées les pattes de crabe du Kamtchatka et les brochettes d’ailes de poulet, le plan tombe à l’eau, adieu la rançon : le grand-père de Dada vient d’être inculpé pour corruption, le père est arrêté, la mère a disparu. Yu Ling se retrouve seule avec l’enfant. Dans la grande villa aseptisée, Dada dresse une tente pour y accueillir tous ceux qui comme lui n’ont pas d’amis : l’Hôtel du Cygne. Dans le huis clos de cette drôle de famille recomposée, Zhang Yueran dresse le portait tout en nuances de la Chine d’aujourd’hui.
Zulma, 2021


Lettre à toi qui m’aimes / Julia Thévenot

lettre à toi qui m'aimes

Yliès et Pénélope, ça sonne comme un couple fait pour s’aimer, un duo romantique de lettrés ; c’est musical, gourmand, sucré-calé. Alors pourquoi Pénélope ne l’aime-t-elle pas, Yliès, hein ? Elle joue avec lui, en plus, sérieux : du jour où elle l’a rencontré, elle a su qu’elle lui plaisait. Elle l’a senti, compris. Alors pourquoi, pourquoi, l’a-t-elle laissé s’approcher, s’amouracher, se glisser dans son quotidien et ses amitiés, aller aussi loin, aussi près ? Pourquoi ne veut-elle pas l’aimer ?
Sarbacane, 2021


L’Amérique entre nous / Aude Seigne

l'amérique entre nous

Pendant trois mois, un couple parcourt les Etats-Unis en voiture. Ciels, villes, animaux, tout les émerveille. Ils en profitent pour vérifier les clichés européens sur l’Amérique. Elle interviewe les stars et tente de distinguer le vrai de la fiction ; lui photographie les geais bleus et les loups. Elle assiste à un mauvais match de baseball, ils traversent des incendies. La narratrice a pourtant un objectif plus important : elle aime deux hommes à la fois mais ne cesse de retarder le moment d’en parler à son compagnon. Dans ce roman sur l’Amérique et l’amour libre, la narratrice procède à une enquête passionnée. Un va-et-vient vertigineux entre exaltation et blessures, doutes et ténacité, qu’accompagne une play-list accordée à la tonalité de chaque partie.
Zoé, 2022


Ton absence n’est que ténèbres / Jón Kalman Stefánsson

ton absence n'est que ténèbres

Un homme se retrouve dans une église, quelque part dans les fjords de l’ouest, sans savoir comment il est arrivé là, ni pourquoi. C’est comme s’il avait perdu tous ses repères. Quand il découvre l’inscription « Ton absence n’est que ténèbres » sur une tombe du cimetière du village, une femme se présentant comme la fille de la défunte lui propose de l’amener chez sa soeur qui tient le seul hôtel des environs. L’homme se rend alors compte qu’il n’est pas simplement perdu, mais amnésique : tout le monde semble le connaître, mais lui n’a aucune souvenir ni de Soley, la propriétaire de l’hôtel, ni de sa soeur Runa, ou encore d’Aldis, leur mère tant regrettée. Petit à petit, se déploient alors différents récits, comme pour lui rendre la mémoire perdue, en le plongeant dans la grande histoire de cette famille, du milieu du 19ème siècle jusqu’en 2020. Aldis, une fille de la ville revenue dans les fjords pour y avoir croisé le regard bleu d’Haraldur ; Pétur, un pasteur marié, écrivant des lettres au poète Hölderlin et amoureux d’une inconnue ; Asi, dont la vie est régie par un appétit sexuel indomptable ; Svana, qui doit abandonner son fils si elle veut sauver son mariage ; Jon, un père de famille aimant mais incapable de résister à l’alcool ; Pall et Elias qui n’ont pas le courage de vivre leur histoire d’amour au grand jour ; Eirikur, un musicien que même sa réussite ne sauve pas de la tristesse – voici quelques-uns des personnages qui traversent cette saga familiale hors normes.
B. Grasset, 2022


Capsules criminelles : saison 1 / Karim Boukhris

Capsules criminelles

Les capsules criminelles sont des récits véridiques tirés des archives judiciaires neuchâteloises de la 1ère moitié du 19e siècle. Ces histoires relatent des crimes, extraordinaires ou non, et témoignent de la vie des criminel-le-s ou des témoins de cette époque. Ceci permettant aux gens qui lisent ou écoutent ces histoires de découvrir par fragment le quotidien de la population de cette époque. Une plongée alternant le banal et l’extraordinaire de la vie de la population qui n’a laissé que peu de traces écrites. Crimes odieux, inévitables rixes de fin de soirée, infractions contre les moeurs, voilà quelques-uns des délits qui constituent la trame de ces chroniques judiciaires. Noms qui chantent… Rosette, Abram-Henri, Vergan ou Steinmeyer, héros de récits savoureux ; victimes, coupables, ou tortionnaires? Au lecteur de distribuer les rôles. Une écriture limpide pour dérouler le fil de destins tantôt prévisibles, tantôt brisés, inscrits dans le passé pas si lointain de nos contrées sous régime d’institutions bien établies.
Éd. Sauvages, 2022


Le plus mauvais livre du monde / Vincent Cuvellier

le plus mauvais livre

Parti de chez lui par ennui, Paul croise sur son chemin l’auteur du roman épouvantable qu’il a pris dans une boîte à livres. « Argice ignorait le bien et le mal, le nu et le sacré, le vide et le morbide. Argice engageait l’être vers cette ironie qu’on appelle Dieu, fatale pensée d’un monde en devenir, à l’agonie, en devenir…  » Ah ouais ! d’accord. Je comprends rien. Remarque, si ça se trouve, c’est fait exprès. Le gars, il a voulu faire le livre le plus nul du monde. Et il a réussi. » Des récits initiatiques intenses et percutants, qui racontent un moment-charnière de la vie d’un ou d’une ado d’aujourd’hui.
Nathan, 2020


Piranèse / Susanna Clarke

piranese

La maison où vit Piranèse n’est pas un bâtiment ordinaire : ses pièces sont infinies, ses couloirs interminables et ses salles ornées de milliers de statues. Au coeur de cette architecture monumentale est emprisonné un océan, mais Piranèse n’a pas peur, il vit pour explorer ce labyrinthe. Dans son journal, il dresse de rigoureux rapports de ses errances. L’Autre vit aussi dans cette cité enfouie. Piranèse lui rend visite deux fois par semaine et l’aide dans sa recherche du Grand Savoir. Mais, au cours de ses expéditions, Piranèse découvre un jour des preuves de l’existence d’un troisième habitant. Une terrible vérité commence à se dévoiler, révélant un monde totalement différent de celui qu’il connaît. Envoûtant, Piranèse nous plonge dans un monde parallèle onirique, à la beauté irréelle, rempli d’images surprenantes, tourmenté par les flots et les nuages.
R. Laffont, 2021


Le guerrier de porcelaine / Mathias Malzieu

En juin 1944, le père de Mathias, le petit Mainou, neuf ans, vient de perdre sa mère, morte en couches. On décide de l’envoyer, caché dans une charrette à foin, par-delà la ligne de démarcation, chez sa grand-mère qui a une ferme en Lorraine. Ce sont ces derniers mois de guerre, vus à hauteur d’enfant, que fait revivre Mathias Malzieu, mêlant sa voix à celle de son père. Mainou va rencontrer cette famille qu’il ne connaît pas encore, découvrir avec l’oncle Emile le pouvoir de l’imagination, trouver la force de faire son deuil et de survivre dans une France occupée. Albin Michel, 2022


La Belle Sauvage / Philip Pullman

À l’auberge tenue par ses parents, Malcolm voit passer de nombreux visiteurs. Surtout depuis l’arrivée d’une enfant, Lyra, dans le prieuré voisin. Sa présence attise la curiosité des puissants. Le Magisterium – le bras armé de l’Église, qui fait plier l’Angleterre sous son étreinte de fer – veille et menace son existence. Qui est cette enfant ? Quels secrets l’entourent ? Pour la sauver, Malcolm et son amie Alice doivent s’enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, ils embarquent à bord de La Belle Sauvage pour une odyssée qui les changera à jamais.
Gallimard, 2020


Frôler les murs / Tessae

Partir à l’école la boule au ventre, la tête baissée, endurer les remarques et les moqueries sur son physique, sur sa tenue. Se taire. Entendre que l’on est bizarre. Trouver refuge dans sa chambre, y subir le harcèlement sur les réseaux sociaux. Pleurer, ne pas fermer l’œil de la nuit et retourner en cours. Frôler les murs. Voilà le quotidien de Tessae pendant toute sa scolarité. Et puis un jour, elle a été incapable de franchir les portes de son lycée. Personne n’a compris. Ni les professeurs, ni l’administration, ni ses parents. Jusqu’à ce que le corps médical pose enfin des mots sur sa souffrance. Dans ce livre poignant et engagé, Tessae fait exploser le tabou de la santé mentale chez les jeunes, pour briser le silence, la honte et l’isolement. Ce témoignage, qui s’adresse aussi aux parents et au personnel éducatif, est un formidable récit de résilience grâce à l’écriture et à la musique. Lattès, 2021


La dernière neige / Arno Camenisch

Une station de ski miniature dans les alpes des Grisons suisses. Le décor est minimal : une cabane, un téléski, une pelle et une fraiseuse à neige, quelques outils. Paul et Georg attendent les skieurs en ce début de saison poussive et tuent le temps en jouant aux cartes, pelletant le peu de neige fraîchement tombée. Cette neige qui pourrait être la dernière, car demain est incertain. Les journées s’égrènent, monotones, rythmées par le ronronnement du téléski tandis que sourd, dans les récits et discours de ces « Vladimir et Estragon en bonnet de laine », une inquiétude face à un monde qui n’est plus le leur. Drôle, poétique et métaphysique, La Dernière Neige illustre à merveille ce conteur-né qu’est Arno Camenisch. Quidam, 2021


J’entends des pas derrière moi / Jo Witek

« J’entends des pas derrière moi. Des pas qui claquent sur le bitume. Depuis le dernier carrefour, c’est sûr. Je ne rêve pas. Quelqu’un me suit. Tic-tic-tic-tic. TAC TAC. Je vais crever d’une crise cardiaque. Le type doit porter des talonnettes ou des chaussures de vieux, genre mocassins. » Dina, une adolescente de 16 ans, rentre chez elle à pied après une soirée. Elle est seule, il fait nuit, il fait froid et il pleut. Elle marche le plus vite possible mais a le sentiment d’être suivie et ses pensées s’affolent : Pourquoi est-elle rentrée seule ? Qui veut s’en prendre à elle ? Et surtout, pourquoi a-t-on toujours peur quand on est une fille ? Quand on veut, où l’on veut ! Nathan, 2021


Bel abîme / Yamen Manai

Je revenais du collège quand j’ai rencontré Bella. Une après-midi de novembre, morose. Un garçon triste, chétif, une tête-à-claques, la tête baissée, la peur qui habite ses tripes, et parfois, l’envie d’en finir. On n’imagine pas ce que ressent un enfant quand il faut qu’il se fasse encore plus petit qu’il n’est, quand il n’a pas droit à l’erreur, quand chaque faux pas prend un air de fin du monde. Mais en l’entendant, ce jour-là, j’ai redressé le menton. Yamen Manai nous conte avec fougue le cruel éveil au monde d’un adolescent révolté par les injustices. Heureusement, il a Bella. Entre eux, un amour inconditionnel et l’expérience du mépris dans cette société qui honnit les faibles jusqu’aux chiens qu’on abat « pour que la rage ne se propage pas dans le peuple ». Mais la rage est déjà là.
Elyzad, 2021


Bellissima / Simonetta Greggio

Qu’est-ce qui m’a poussée, jeune fille, à abandonner mes proches, ma maison, ma langue maternelle ? Pourquoi ai-je laissé derrière moi mes amis, mes petits frères, ma mère, mon pays ? Qu’est-ce qui fait qu’un homme tendre comme mon père est devenu un monstre, à un moment donné ? Quel est ce mal qui m’a rongée jusqu’à presque en crever ? Cela s’appelle Italie : ma douleur, mon amour, ma patrie. Un pays qui n’a pas fait les comptes avec le fascisme dont il fut l’inventeur.
Un pays comme une famille, plein de secrets – bruyants, destructeurs, meurtriers.
Stock, 2021


Le silence des dieux / Yahia Belaskri

Aux portes du désert, le village de la Source des Chèvres n’est relié à la route que par une piste de terre. Un matin, des soldats bloquent l’accès, et le village se retrouve isolé du monde.
Entre le café et la mosquée, sur la petite place où résonne encore la voix du porteur d’eau et le passage des nomades, on cherche à comprendre, à désigner un coupable, pour s’en débarrasser comme d’une malédiction.
Face aux luttes de pouvoir qui s’engagent, une voix s’élève. Celle de Ziani le Fou. Pieds nus, cheveux hirsutes, il clame ses prophéties mais reste celui dont on se moque et se méfie. D’où naîtra l’espoir ? D’où, sinon de celles qui œuvrent en silence contre l’oppression et la convoitise, contre l’obscurantisme et la résignation. Avec Zohra, Badra, Setti, Aïcha et bientôt toutes les femmes, se lève le vent de la révolte.
Inspiré d’un fait réel, Le Silence des dieux est une magnifique allégorie de la liberté et de la réconciliation, face à tous les enfermements. Zulma, 2021


Les neiges de Damas / Aude Seigne

Le rêve d’Alice se réalise lorsqu’en 2008 le professeur Compagnon l’invite à se joindre à son équipe. Ensemble, ils partent en mission au cœur de la Syrie pour répertorier des tablettes sumériennes. Mais le fantasme oriental d’Alice est peu à peu mis à mal dans les sous-sols du Musée national de Damas. À la recherche d’elle-même, elle perçoit la complexité de sa quête… Ce voyage intérieur décrit avec intelligence et poésie une pérégrination dont le but est de poser des questions plutôt que de trouver des réponses. Zoé, 2022


Colonne / Adrien Bosc

En août 1936, au début de la guerre d’Espagne, la philosophe Simone Weil, qui n’a pas trente ans, part rallier le front d’Aragon et les brigades internationales de la colonne Durruti. Lors d’une offensive sur les bords de l’Ebre, elle se blesse en plongeant le pied dans une bassine d’huile brûlante. Simone Weil passe quarante-cinq jours en Espagne. De ce séjour, nous ne savons rien ou presque. Un passeport, des notes éparses d’un « Journal d’Espagne » dont il subsiste trente-quatre feuillets, des lettres et des photographies en uniforme. Agir, penser, écrire, serait une seule et même chose. Du mystère d’une vie brève, d’un engagement impossible, Adrien Bosc a tiré un roman à la ligne claire. Au milieu du chaos d’une guerre civile, il nous conte une existence intense et tragique, dont le combat en Espagne fut le point de bascule.
Stock, 2022


Élise sur les chemins / Bérengère Cournut

Élise vit dans la colline, au sein d’une famille libertaire parfois sauvage, souvent joyeuse. Ce qu’elle sait, elle l’a appris de ses frères et sœurs, des arbres et des sentes, des rivières et des combes. Mais un jour, sur les conseils d’une femme-serpent, la jeune fille quitte ses terres pour retrouver deux aînés vagabonds. Elle se lance ainsi à la découverte d’un monde où réel et fantastique se mêlent amoureusement.
Le Tripode, 2021


Pour rien au monde / Ken Follett

Une crise internationale va-t-elle déclencher une troisième guerre mondiale ? De nos jours, dans le désert du Sahara, deux agents secrets sont sur la piste d’un groupe de terroristes trafiquants de drogue et risquent leur vie à chaque instant. Non loin, une jeune veuve se bat contre des passeurs tout en voyageant illégalement pour rejoindre l’Europe. Elle est aidée par un homme mystérieux qui cache sa véritable identité. En Chine, un membre du gouvernement à l’ambition démesurée pour lui et son pays lutte contre les vieux faucons communistes de l’administration qui poussent leur pays – et la Corée du Nord, son alliée militaire – vers un point de non-retour. Aux Etats-Unis, Pauline Green, la première femme présidente, tente de gouverner avec adresse et diplomatie entre attaques terroristes, commerce d’armes illégales et les bassesses de son opposant politique. Elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour éviter une guerre inutile. Mais lorsque des actes d’agression se succèdent, les grandes puissances sont prises dans un réseau complexe d’alliances dont elles ne peuvent s’échapper. Une fois que les pièces du sinistre puzzle sont en place, pourront-elles – même avec les meilleures intentions, des diplomates hors pair et des agents d’élite – empêcher l’inévitable ? Robert Laffont, 2021


Ne t’arrête pas de courir / Mathieu Palain

De chaque côté du parloir de la prison, deux hommes se font face pendant deux ans, tous les mercredis. L’un, Mathieu Palain, est devenu journaliste et écrivain, alors qu’il rêvait d’une carrière de footballeur. L’autre, Toumany Coulibaly, cinquième d’une famille malienne de dix-huit enfants, est à la fois un athlète hors norme et un cambrioleur en série. Quelques heures après avoir décroché un titre de champion de France du 400 mètres, il a passé une cagoule pour s’attaquer à une boutique de téléphonie.
Au fil des mois, les deux jeunes trentenaires deviennent amis. Ils ont grandi dans la même banlieue sud de Paris. Ils auraient pu devenir camarades de classe ou complices de jeux. Mathieu tente d’éclaircir « l’énigme Coulibaly », sa double vie et son talent fracassé, en rencontrant des proches. Il rêve qu’il s’en sorte, qu’au bout de sa course, il se retrouve un destin.
Tout sonne vrai, juste et authentique dans ce livre. Mathieu Palain a posé ses tripes sur la table pour nous raconter ce face-à-face bouleversant. Quand la vraie vie devient de la grande littérature. L’Iconoclaste, 2021


Le Champ / Robert Seethaler

Comment caractériser une vie entière ? Les voix qui s’élèvent ici sont celles des habitants du cimetière, qu’on nomme « le champ » dans la petite ville de Paulstadt. À la concision des épitaphes, l’écrivain substitue les mots des défunts. Par un souvenir, une sensation fugace, une anecdote poignante, chacun de ces narrateurs évoque ce que fut son existence.
Au fil de la lecture émerge le portrait d’une bourgade comme tant d’autres, marquée par le retour de la prospérité au mitan du siècle dernier. La vie tourne autour des figures locales : le maire, la fleuriste, le facteur, le curé dévoré par les flammes dans l’incendie de l’église, le marchand de légumes…
Les voix se font écho, s’entrelacent, se contredisent parfois, formant le tableau d’une communauté riche d’individus et de sensibilités différentes. Subtil interprète de l’âme humaine, Robert Seethaler se penche sur leur intimité : les amours naissantes, les amours heureuses, ou moins harmonieuses – quand les fantasmagories de la femme signent pour son époux échec, malheur et drame.
Le plus saisissant dans ce texte est l’émotion qui sourd de chaque histoire : non celle de savoir le protagoniste disparu, mais l’empathie que parvient à susciter l’auteur pour ces êtres si vivants, leurs espoirs, leurs doutes, leurs ambitions, leur solitude. Gallimard, 2022


Blond comme les blés / SJÓN

eykjavik, après la Seconde Guerre mondiale.
Gunnar Kampen est un « un jeune homme travailleur et attentif qui se passionne pour l’histoire de l’humanité et de sa nation ». Il a une mère et deux sœurs qui l’aiment depuis l’enfance et lui-même est un frère et un fils attentionné. Au printemps 1958, il fondera le parti politique antisémite des nationalistes et se dévouera pour contribuer à l’organisation internationale du mouvement néonazi, en pleine croissance.
Dans un texte qui oscille entre une mosaïque d’images d’enfance poétiques, un recueil épistolaire qui suit l’évolution d’un engagement politique et la création d’un parti d’extrême droite, Sjón examine le parcours d’une vie, d’une époque et d’une radicalisation rythmée par la simplicité absolue de son quotidien.
Faux thriller où le protagoniste est retrouvé mort dès le premier paragraphe, Blond comme les blés est une œuvre limpide, un écho de la banalité du mal d’Hannah Arendt sous les apparences d’un roman nordique. Un livre troublant et terriblement actuel par l’un des plus importants auteurs islandais contemporains.
Métailié, 2022


Regardez-nous danser : le pays des autres / Laïla Slimani

1968 : à force de ténacité, Amine a fait de son domaine aride une entreprise florissante. Il appartient désormais à une nouvelle bourgeoisie qui prospère, fait la fête et croit en des lendemains heureux. Mais le Maroc indépendant peine à fonder son identité nouvelle, déchiré entre les archaïsmes et les tentations illusoires de la modernité occidentale, entre l’obsession de l’image et les plaies de la honte. C’est dans cette période trouble, entre hédonisme et répression, qu’une nouvelle génération va devoir faire des choix. Regardez-nous danser poursuit et enrichit une fresque familiale vibrante d’émotions, incarnée dans des figures inoubliables.
Gallimard, 2022


Désirer / Richard Flanagan

Sur l’île Flinders, au large de la Tasmanie, là où le regard ne porte pas, ont été déportés les derniers autochtones de la Terre de Van Diemen. Ils ont été placés sous la protection du gouverneur sir John Franklin et de sa femme lady Jane qui, touchés par l’intelligence de la jeune aborigène Mathinna qu’ils ont adoptée, se sont donné pour mission de “civiliser” ces Noirs sauvages, craints autrefois, mourants aujourd’hui.
Des années plus tard, sir John Franklin va lui aussi connaître une fin tragique. Jamais revenu d’une expédition vers le cercle polaire, il est accusé par tout Londres d’avoir cédé au cannibalisme avant de disparaître. C’est alors au grand Charles Dickens, affligé par une existence qui n’est plus que tourments, qu’est confiée la rédemption de l’explorateur.
Richard Flanagan, dans ce roman librement inspiré d’une page tragique de l’histoire, fait entrer en collision la société victorienne, bouffie d’orgueil et pourtant déjà agonisante, et ce qu’il pourrait rester de l’humanité, que la colonisation, dans la violence et l’ignorance, finira d’achever.
Actes Sud, 2022


Numéro deux / David Foenkinos


« En 1999 débutait le casting pour trouver le jeune garçon qui allait interpréter Harry Potter et qui, par la même occasion, deviendrait mondialement célèbre.
Des centaines d’acteurs furent auditionnés. Finalement, il n’en resta plus que deux. Ce roman raconte l’histoire de celui qui n’a pas été choisi. »
Gallimard, 2022




Première personne singulier / Haruki Murakami


Composé de huit nouvelles inédites, écrites, comme son titre l’indique, à la première personne du singulier, un recueil troublant, empreint d’une profonde nostalgie, une sorte d’autobiographie déguisée dont nous ferait cadeau le maître des lettres japonaises. Un homme, Murakami peut-être, se souvient que tous ces instants, toutes ces rencontres, anodines ou essentielles, décevantes ou exaltantes, honteuses ou heureuses, font de lui qui il est.
Belfond, 2022


Une sortie honorable / Eric Vuillard


La guerre d’Indochine est l’une des plus longues guerres modernes. Pourtant, dans nos manuels scolaires, elle existe à peine. Avec un sens redoutable de la narration, « Une sortie honorable » raconte comment, par un prodigieux renversement de l’histoire, deux des premières puissances du monde ont perdu contre un tout petit peuple, les Vietnamiens, et nous plonge au coeur de l’enchevêtrement d’intérêts qui conduira à la débâcle.
Actes Sud, 2022